Le Coulobre

28 janvier 2019

J’ai été sollicitée fin 2017 par la mairie de Saint André de Cuzac en Gironde , pour la création et réalisation d’une sculpture destinée à s’intégrer dans le nouvel espace aménagé sur le Port de Plagne. Le thème proposé est la légende régionale du « Coulobre ».

Le Port de Plagne, son histoire

Dès l’antiquité le site du Port de Plagne était connu, une route depuis le palus d’Ambarès y menait ; au XVIIIème siècle les bretons se rendaient au Port de Plagne pour prendre des livraisons de vins du Cubzacais, de St Romain, de Cadillac et de Lalande. Pourtant ce n’est qu’au XIXème siècle que les quais seront aménagés et permettront au port un développement durant une cinquantaine d’années avec le commerce des vins, du bois et des grains.Activité économique maritime importante avec 17 gabares rattachées au port et des bateaux de passage en plus. Le site a été également un des plus importants port de pêche d’esturgeon de la Dordogne.

La légende du « Coulobre »

 La légende du  « coulobre » , couleuvre en lanque d’Oc, remonte au Moyen- Age ,  alors que la rivière est une voie de communication essentielle entre le Massif Central et Bordeaux . Entre les eaux hautes et basses l’amplitude était de 15 mètres et  à l’époque deux passages étaient particulièrement dangereux pour les gabariers ; le premier  était un rapide à la hauteur de Lalinde, des marches géologiques y créaient un courant très vif sur des dizaines de mètres. Autre passage délicat les « pesqueyroux » des pieux plantés par les pêcheurs pour amarrer leurs filets et capturer les saumons. Autant d’obstacles pour les bateliers et au fil de l’eau les disparus sont nombreux. Le mythe du monstre est sans doute né de cette réalité topographique .

Arborant une tête de dragon, un corps allongé de serpent, doté de pates griffues si grandes qu’il pouvait enjamber la rivière et se tapir dans une grotte à hauteur de Lalinde.  Les religieux feront appel  à l’Evêque de Périgueux, Saint Front lequel  combattra à l’épée la bête , la faisant tomber pour certains  dans le fleuve provoquant ainsi une crue mémorable tandis que  pour d’autres elle retourna aux Enfers d’où elle venait. En reconnaissance, les villageois bâtiront une chapelle sur la falaise qui surplombe la rivière dédiée à Saint-Front.

Aujourd’hui la légende du Coulobre reste dans l’imaginaire de la région et a été remise à l’ordre du jour par Epidor, établissement public chargé de la protection de la Dordogne, qui en a fait son emblème ;Epidor agit pour conserver la qualité patrimoniale de cette rivière et de son bassin désormais classés« réserve mondiale de biosphère »par l’Unesco . Le dragon est également présent sur les armoiries de la ville de Bergerac.

L’intention artistique

C’est une nouvelle image qui est donnée au Coulobre avec cette sculpture qui fait lien entre passé et présent. Le Coulobre n’est plus le monstre des temps anciens et même s’il en garde la taille imposante, la couleur rouge qui évoque le feu, il se pose désormais sur la berge, face à la Dordogne, en gardien bienveillant, et signe par sa présence ce nouvel espace créé pour promenade et la convivialité. Ses formes rondes et douces ont été pensées comme une invitation à s’en approcher et à se l’approprier.

Réalisation :

Taille directe en polystyrène , 11m3 (déchets recyclés) puis réalisation en matériaux composites , fibre de verre, résine polyester , laque et vernis.

Inauguration le 22 septembre 2018.

 

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On Google Plus