sulpture matériaux composites

la peau

12 avril 2015

La peau

La nature est pour Catherine LACROIX un immense dictionnaire et un terrain d’expression privilégié dont les ressources infinies alimentent le travail. A travers la création de formes qu’à première vue on imaginerait abstraites, l’artiste se fait l’interprète du réèl et plus particulièrement dans ces récentes productions, du paysage océanique. L’univers aquatique, la flore marine et tous les micro-organismes qui évoluent au sein de cet environnement sont autant d’éléments que l’on voit réapparaître sous des formes épurées dans des sculptures qu’elle confronte à l’extérieur et qui bien souvent déjouent les convenances de la mesure. La peau reproduit à échelle humaine des organismes dont la taille originelle en est radicalement éloignée. La version en résine inclusion présentée ici fait suite à une première réalisation élaborée à partir de béton cellulaire et travaillée en taille directe. Catherine LACROIX utilise des techniques traditionnelles. Elle les met au service d’une sensibilité et d’une recherche formelle qui restent attachées à des préoccupations contemporaines. En opérant ce changement d’envergure Catherine LACROIX interroge les lois fondamentales de la sculpture et confère à son oeuvre un sens nouveau. La peau apparait comme le prolongement dans la matière des mouvements chaloupés de l’épiderme océanique.

Romaric FAVRE

 

Visit Us On PinterestVisit Us On FacebookVisit Us On Twitter